En route vers ma Cinquième

EN ROUTE VERS MA CINQUIEME EN 2020-2021

LA STRUCTURE DE L’ENSEIGNEMENT

EN COMMUNAUTE FRANCAISE

 

1er degré commun ou différencié  

Avec CEB en fin de primaire e. a. : 1C

 

 

Sans CEB : 1Diff.

 

Après la 1C : 2C

Sans CE1D en fin de 2C : 2Supplémentaire

 

 

Sans CEB en fin de 1Diff. : 2Diff.

 

TRANSITION QUALIFICATION
général artistique ou technique artistique ou technique professionnelle

 

2ème degré Sciences 5h.

Anglais

Latin

Sc. Eco.

Sc. sociales

Immersion anglais

ex :

Sc. éco. appl.

Sc. soc. éduc.

Arts

ex :

Arts plastiques

Electromécaniq.

Gestion

ex :

Hôtellerie

Services soc.

Trav. de Bur.

+ Alternance (entreprise / école)

 

3ème degré Sciences 6h.

Math. 6h

Anglais

Espagnol

Latin

Sc. Eco.

Sc. sociales

ex :

Sc. soc. éduc.

Sciences appl.

Sc. éco. appl.

Arts

ex :

Education

Chimie appl.

Secrétariat

Comptabilité

Electromécaniq.

ex :

Puériculture

Habillement

Construction

Trav. de Bur.

Bois

+ Alternance

REMARQUES :

  • L’Institut Saint-Jean-Baptiste de La Salle n’organise que ce qui est indiqué sur fond gris. Il s’agit donc essentiellement du 1er degré et de l’enseignement général à partir de la 3ème.
  • Les quelques possibilités de l’enseignement technique et de l’enseignement professionnel ne sont indiquées qu’à titre d’exemples ; elles ne sont en rien exhaustives.
  • Un DASPA, Dispositif d’Accueil et de Scolarisation des Elèves Primo-arrivants, est également en place à la Ste Trinité.
  • Le choix de l’immersion anglaise est possible à la Ste Trinité uniquement et à partir de la 3ème (et pas ensuite, sauf exceptions légales !) jusqu’en fin de 3ème degré.

QUELQUES PRINCIPES

  • A partir de la 3ème, l’Institut Saint-Jean-Baptiste de La Salle – Sainte Trinité propose uniquement de l’enseignement général. L’objectif de l’enseignement général est de former l’esprit à l’abstraction afin d’armer l’élève face aux exigences des Hautes Ecoles ou de l’Université. Dans cette optique, toutes les options de l’enseignement général sont équivalentes… Elles aboutissent d’ailleurs au même diplôme (le Certificat d’Enseignement Secondaire Supérieur) qui est le seul exigé pour se présenter dans l’enseignement supérieur quelles que soient les études choisies (toutefois, certaines facultés imposent parfois un examen d’entrée). Donc, choisir une option dans l’enseignement général… n’est pas choisir une profession. Toutefois, il faut un peu nuancer ce principe. Ainsi, pour faire des mathématiques à l’université, il vaut mieux avoir de solides acquis dans cette branche. Et dans le même ordre d’idée, vu les exigences de l’enseignement supérieur, nos grilles-horaires comportent un minimum de 30 périodes.
  • Il est bon que l’élève ait une formation stable. Changer d’options tout au long du secondaire est nuisible à l’acquisition d’une bonne formation générale. L’élève n’aura pas acquis un bagage suffisamment solide pour envisager sereinement son avenir. Il est donc normal que le choix qu’il fera aujourd’hui prolonge les choix qu’il a faits précédemment.
  • Choisir une orientation est un acte important. Cela doit être mûri par une longue réflexion. C’est la raison pour laquelle on vous demande d’y penser dès aujourd’hui. Toutefois, dès que l’on a pris une décision définitive, il est nécessaire de respecter son engagement. Dans cette optique, les changements d’options après le 1er septembre deviendront exceptionnels (ils sont d’ailleurs limités par la Loi) et seront soumis à l’avis de la direction, notamment pour le respect des normes légales en matière de taille des classes et des possibilités d’organisation. D’autre part, sauf cas très précis et moyennant autorisation ministérielle, il est légalement interdit de changer d’options entre la 5ème et la 6ème.
  • Ensuite, nous veillons à limiter les « transferts d’élèves » entre les implantations. Pour ce faire, certains modules sont organisés dans leur quasi-totalité dans une implantation bien déterminée. Ces modules sont clairement marqués dans la première colonne. Ceux qui n’ont aucune indication sont organisés dans les 2 implantations (avec des transferts possibles).
  • Nous insistons pour que les formulaires soient remis en temps requis, et selon la procédure, de même pour toute demande de changement qui devra être dûment motivée. Tout qui contreviendra à ces règles risque de ne pas pouvoir effectuer le choix qu’il souhaite. Enfin, sans confirmation ou infirmation après les délibérations de juin du 1er choix effectué en mars, c’est celui-ci qui restera valide.

6)  * S’orienter implique d’explorer de multiples éléments, de les mettre en lien, de dégager des priorités, pour s’approprier des pistes de réflexion et d’action. Il est important avant tout de partir à l’exploration de toi-même : ta personnalité, tes intérêts, tes attentes, tes valeurs, tes qualités… Ensuite, tu peux t’informer sur la réalité du terrain : les études et formations existantes ; les activités professionnelles, métiers, fonctions… L’étape suivante est de mettre en liens les éléments de ton profil avec les informations recueillies pour construire un projet le plus en adéquation possible ! Autrement dit, trouver une formation qui mène à un métier qui soit le plus en harmonie avec toi-même et tes attentes. Ainsi, pour entrer en projet, certaines attitudes sont utiles : être prêt/e à l’interrogation, à la réflexion sur toi-même, tes valeurs et tes attentes, pouvoir te remettre en question, accepter les moments de doutes, être ouvert/e à identifier les influences qui entrent en jeu dans ton choix (par exemple, l’avis de tes proches), avoir envie de t’insérer… Certaines capacités sont utiles : rechercher et trouver de l’information, comprendre et traiter cette information, la critiquer, imaginer les diverses conséquences de tes décisions, te fixer des objectifs et les étapes pour les atteindre, identifier les éventuels obstacles à la réalisation de tes objectifs, repérer les aspects favorables à leur réalisation, t’autoévaluer, savoir repérer les opportunités… Et aussi, certains savoirs sont utiles : ce sont les informations que tu devras récolter pour faire tes choix : Quelles sont les formations existantes ? Quels sont les métiers existants ? Quels sont les débouchés de telle formation ? Quel est le contexte de travail lié à telle fonction ?

*Tiré de :

http://proj.siep.be/le-pro-j/faire-le-point/reflechir-a-son-projet-comment-sy-prendre/

 

Un partenaire incontournable dans la réflexion sur l’orientation, sur rendez-vous à l’école ou au centre, est le CPMS (centre psycho-médico-social) : renseignez-vous à temps !

GRILLES  5ème et 6ème – 2020-2021

FORMATION COMMUNE 12h : éducation physique 2h, formation géographique et sociale 2h, formation historique 2h, français 4h, religion 2h

 

MODULES AU CHOIX : tous les modules organisés à la Ste Trinité sont combinables avec l’immersion anglaise (qui comprend anglais 4h + Activité au choix « anglais », histoire et FGS)

Math Scien. Nl Ang. Esp. Latin Sc. éco Sc. Soc AC Info Tot
JB 1 4 3 4 4 4 1 32
JB 2 4 6 4 4 4 34
JB 3a 6 6 4 2 4 34
JB 3b 6 6 2 4 4 34
JB 4 6 3 4 4 4 33
JB 5 4 3 4 2 4 4 33
JB 6 4 3 2 4 4 4 33
JB/ST 7 4 3 4 4 4 1 32
ST 8 2 3 4 4 4 1 30
JB 9 6 6 4 4 32
JB 10a 6 6 4 2 30
JB 10b 6 6 2 4 30
JB 11 4 6 4 4 30
JB/ST 12 4 3 4 4 4 1 32
JB 13a 4 3 4 2 4 1 30
JB 13b 4 3 2 4 4 1 30
JB 14a 6 3 4 2 4 1 32
JB 14b 6 3 2 4 4 1 32
ST 16a 2 3 4 4 4 1 30
ST 16b 4 3 4 4 4 1 32
ST 18 2 3 4 4 4 4 33

 

JB = organisé à Saint Jean-Baptiste, rue Moris – Saint-Gilles

ST = organisé à la Sainte Trinité, av. de la Couronne – Ixelles

 

Attention ! Les règles légales en matière de création ou de maintien d’options doivent être respectées. De plus, pour des raisons d’organisation, la direction se réserve le droit d’organiser ou pas une ou l’autre option ou variante sur une des implantations.

 

Attention ! En cas de changement volontaire d’option lors du passage dans le 3ème degré (par exemple, de sciences 3h vers sciences 6h ou anglais 2h vers anglais 4h), une épreuve de mise à niveau pourra être organisée à la rentrée.

 

PRESENTATION DES OPTIONS

 

  1. LATIN 4h

« Du latin, pourquoi pas ? »

 

Quelle finalité ?

Le programme s’inscrit dans la réflexion générale sur le rôle de la formation scolaire dans la préparation des élèves à être acteurs dans le monde qui sera le leur. Il place clairement l’étude des textes latins et les contenus disciplinaires dans une perspective anthropologique. Les élèves seront ainsi amenés à se positionner comme citoyens du monde grâce à la mise en perspective de permanences et d’évolutions au travers des concepts fondamentaux et spécifiques du monde antique et de comparaisons avec ses mondes pluriels et multiculturels.

 

Quels objectifs ?

L’étude du texte au sens large doit rester au cœur de l’enseignement des Langues anciennes, dont l’objectif premier est d’amener les élèves à exercer le processus transversal d’interprétation. Pour rencontrer cet objectif, la lecture et la compréhension de textes dans la langue authentique au travers d’un apprentissage raisonné de la grammaire et du lexique doivent être prioritaires. C’est en effet à partir d’une lecture précise de textes que l’on amènera l’élève à développer les stratégies à mettre en œuvre pour arriver à une

« compréhension en profondeur». Ces stratégies peuvent être regroupées en trois catégories :

▪ la compréhension globale du texte (distinction de la thèse soutenue et des principaux arguments) et le repérage de la polyphonie ;

▪ la compréhension du vocabulaire contextualisé ;

▪ la compréhension de relations logiques (implication, causalité, but, …) contextualisées.

 

C’est un fait que le latin n’est pas parlé dans la rue. Par contre les expressions et les mots latins qui émaillent notre langue sont nombreux. Non seulement, le latin rend bien plus facile l’étude de diverses langues (l’italien, l’espagnol et même l’anglais), mais, en outre, il nous permet de nous familiariser avec la grammaire française dans ses difficultés et ses subtilités. Apprendre le latin, c’est aussi prendre goût à cette science passionnante qu’est l’étymologie : c’est mieux comprendre les nuances de notre vocabulaire français et c’est l’enrichir considérablement.

 

Apprendre le latin, c’est surtout apprendre à raisonner ; dans une époque où l’on se contente trop de l’à-peu-près, où l’on voit se perdre le sens de l’effort et où cependant, la vie est de plus en plus exigeante, la rigueur, l’intuition et la mémoire sont des atouts extraordinaires que nous propose le latin. Dans cette optique, nous lirons les plus beaux extraits de nos ancêtres. Pour cela, il faudra progresser d’année en année dans la compréhension du jeu grammatical.

 

Apprendre le latin, c’est aussi mieux comprendre notre monde ; c’est pourquoi, dès que nous le pourrons, nous mettrons les textes à la lumière de l’actualité. Apprendre le latin, c’est aussi enrichir sa culture par un contact approfondi avec une civilisation dont notre nation est héritière.

 

En somme le cours de latin aura pour objectif, à travers la grammaire, les commentaires de textes et les exposés de civilisation, à mieux pouvoir cerner bon nombre de langues (français, espagnol, anglais,…), à pouvoir se positionner dans un monde qu’on comprend mieux et à se cultiver, tout cela en mettant en œuvre un atout essentiel : la RIGUEUR.

Alors, faire du latin ? A notre époque ? Pourquoi pas ?

 

  1. SCIENCES GENERALES (SCIENCES 6h)

 

Cette option est conseillée à tous ceux qui orientent leur formation vers les sciences, les mathématiques ou la technologie.

 

OBJECTIFS DE SAVOIR-FAIRE ET DE SAVOIR-ETRE :

 

Acquérir un bagage scientifique qui permettra de :

  • comprendre des informations scientifiques couramment utilisées dans les médias ;
  • développer un sens critique, prendre des positions face à des opinions diverses ;
  • développer des attitudes concrètes menant à une meilleure qualité de vie.

 

Mettre en place les compétences suivantes :

  • utiliser des langages techniques et symboliques, en faisant comprendre leur intérêt ;
  • présenter des informations en tableau, graphique ou schéma et les interpréter ;
  • démêler une situation qui pose problème ;
  • résoudre des exercices numériques simples ;
  • développer l’imagerie mentale et l’abstraction ;
  • s’approprier des concepts notionnels fondamentaux.

 

OBJECTIFS DE SAVOIR : exemples de concepts notionnels qui seront traités :

En biologie :

  • le système reproducteur: anatomie, problèmes liés à la procréation, moyens contraceptifs ;
  • principes de génétique : maladies génétiques, manipulations génétiques ;
  • effets des activités humaines sur l’environnement : effet de serre, réchauffement climatique.

En chimie :

  • chimie organique : le pétrole et ses dérivés, définition d’un matériau plastique ;
  • les réactions acides-bases : comment doser l’acide phosphorique contenu dans le coca cola.

En physique :

  • électricité : ses lois ;
  • électromagnétisme : fonctionnement d’un moteur électrique ;
  • les ondes : propagation des informations (GSM, satellites) ;
  • énergie nucléaire : les enjeux.

 

  1. SCIENCES ECONOMIQUES 4h

Les apprentissages en sciences économiques sont basés principalement sur des démarches de compréhension et d’analyse : compréhension des décisions prises par des agents économiques (ménages, Etat, entreprises, institutions financières et reste du monde) et analyse des implications de ces décisions. Cependant la maîtrise des concepts théoriques est nécessaire pour y arriver.

Il est donc primordial que l’élève développe un intérêt certain pour son environnement économique et social. Toutes ces démarches doivent lui permettre de mieux comprendre le monde dans lequel il vit, mais surtout d’en devenir acteur.

 

Outils et techniques développés au cours du deuxième et du troisième degré :

La maîtrise des calculs (pourcentages, moyennes, taux de variation, indices,…) et surtout leurs interprétations.

La maîtrise de la construction graphique et de son analyse (comment faire un graphique ?, comment l’analyser ?, quelles conclusions en tirer ?…).

La maîtrise de la technique de base en comptabilité générale.

La maîtrise de l’analyse de tableaux statistiques (lecture, interprétation, explication de données…).

 

Aperçu des sujets abordés :

5ème  année :

Le cours de 5ème débute avec un problème économique à résoudre sur base des schémas économiques vus précédemment. Nous approfondissons ensuite le thème de la monnaie. Dans un chapitre suivant, nous étudions la croissance économique et le développement (mesures, facteurs explicatifs) ainsi que les politiques économiques mises en œuvre pour y arriver. Suit alors une analyse complète du système fédéral belge comme une force concrète d’organisation économique.

Ces points alterneront avec un chapitre de droit public (rôle et fonctionnement des institutions de la Belgique fédérale) et un autre de droit international (traités et conventions internationales signées par la Belgique).

6ème  année :

Durant cette année scolaire, nous voyons le fonctionnement des trois principaux marchés (biens et services, travail et capital), le développement du commerce international ainsi que l’évolution des marchés financiers. Nous terminons par l’analyse et la synthèse d’une question économique européenne.

De plus, nous examinons des lois, des projets de lois, ou procès basés sur un problème économique, moral ou éthique dans un contexte national ou international (droit privé) et le droit des contrats.

 

  1. SCIENCES SOCIALES 4h

Les sciences sociales sont des sciences qui étudient le comportement de l’être humain dans la société et la société comme un agrégat de personnes qui agissent les unes par rapport aux autres. Cette option n’a pas pour but de préparer directement à tel ou tel type d’études supérieures, ou à telle ou telle profession. Les sciences sociales permettront à l’élève qui les choisit de comprendre le fonctionnement de notre société car il aura développé des attitudes de questionnement et de recherche, développé un regard critique sur le monde actuel en mettant en question les préjugés.

 

L’élève devrait s’intéresser :

  • A l’actualité internationale ou à celle de notre pays (en lisant les journaux, et/ou en suivant les journaux télévisés).
  • Aux problèmes de société (la délinquance, la drogue, la violence, les sectes,…).
  • Aux phénomènes de la société (la mode, la publicité, la globalisation, le vedettariat, la propagande, les migrations,…).
  • Aux institutions sociales, politiques et économiques (les partis politiques, les syndicats, la police, l’ONU,…).
  • Aux idéologies et croyances (le capitalisme, le socialisme, le mondialisme et l’alter mondialisme,…).

 

Points principaux de la matière :

En 5ème, nous étudions les médias, la propagande, la communication non-verbale, les troubles du comportement, les théories comportementales, notamment au travers des disciplines suivantes : « la communication » et la « psychologie sociale ».

En 6ème, nous étudions la mondialisation, les scènes politiques nationale et internationale, les droits et les devoirs des citoyens, les élections, la structure sociale,… notamment au travers des disciplines suivantes : les « sciences politiques » et la « sociologie ».

 

L’apprentissage se fera au moyen d’outils de savoirs appelés concepts (attitude, culture, personnalité, marginalité, classe sociale, valeur, marché, idéologie, conformisme, niveau de vie, mouvement social, démocratie, pouvoir, Etat,…) et sera éclairé par des théories et courants (libéralisme, totalitarisme, psychanalyse,…). Les sciences sociales permettent à l’élève de mieux connaître le monde et l’aident à devenir un adulte responsable.

 

  1. MATHS 6h

Les différents chapitres du programme mathématique ont été répartis en trois domaines (grandeurs, nombres, algèbre, Tableau/Graphique/Formule, fonctions ; géométrie, trigonométrie ; traitement des données, problèmes relatifs à la vie sociale, économique, culturelle). Dans le corps du programme, à chaque chapitre est associée une liste de tâches classées selon trois axes de compétences (expliciter les savoirs et les procédures, appliquer une procédure et résoudre un problème).

Le cours de mathématique développe la coopération, la prise de parole, l’écoute, la régularité dans le travail, la rigueur… Mais de manière plus spécifique, le travail mathématique apprend à argumenter dans un cadre de pensée et avec un langage qui lui sont propres. Ces compétences s’acquièrent pendant les cours eux-mêmes, par exemple lorsque le professeur incite l’élève à dire ce qu’il fait, à énoncer les principes, les règles qu’il applique, à repérer pourquoi il factorise, développe…, mais aussi lorsqu’il structure ses notes, assimile, produit et rédige une démonstration.

Le cours de mathématiques à 6h pour scientifiques s’adresse à l’élève qui oriente sa

formation vers les sciences, la technologie, la recherche, domaines dans lesquels les

mathématiques jouent un rôle essentiel. (Tiré et adapté du programme de maths)

 

  1. LANGUES MODERNES : Néerlandais 4h + Anglais 4h + Espagnol 4h

L’intégration de la dimension européenne dans les programmes de langues modernes se traduit par la prise en compte des autres cultures européennes, donne consistance à l’idée que l’Europe est une collectivité d’appartenance naturelle, concrétise la notion d’identité européenne pour les jeunes et est un tremplin vers les cultures au-delà de l’Europe. La mobilité des personnes, l’invitation à aller à la rencontre de l’autre, à développer ses capacités de communication par le multilinguisme sont autant de chances que l’Europe nous offre. Saisir ces chances implique de bouger, de prendre le risque de la rencontre, de la confrontation, de l’ouverture. Le cours de Langues Modernes est un terrain privilégié pour éveiller les jeunes à une citoyenneté européenne, pour faire d’eux ceux qui demain donneront à l’Europe un visage humain, au-delà de la timidité de l’Europe sociale, de la priorité donnée à l’économie et de l’égoïsme récurrent des États. C’est là que l’apprentissage des langues entre en jeu : qu’il prépare des jeunes ouverts, capables de s’enrichir de la différence des autres, d’aller la découvrir en véritable immersion aux L’intégration de la dimension européenne dans les programmes de langues modernes se traduit par la prise en compte des autres cultures européennes, donne consistance à l’idée que l’Europe est une collectivité d’appartenance naturelle, concrétise la notion d’identité européenne pour les jeunes et est un tremplin vers les cultures au-delà de l’Europe. La mobilité des personnes, l’invitation à aller à la rencontre de l’autre, à développer ses capacités de communication par le multilinguisme sont autant de chances que l’Europe nous offre. Saisir ces chances implique de bouger, de prendre le risque de la rencontre, de la confrontation, de l’ouverture. Le cours de Langues Modernes est un terrain privilégié pour éveiller les jeunes à une citoyenneté européenne, pour faire d’eux ceux qui demain donneront à l’Europe un visage humain, au-delà de la timidité de l’Europe sociale, de la priorité donnée à l’économie et de l’égoïsme récurrent des États. C’est là que l’apprentissage des langues entre en jeu : qu’il prépare des jeunes ouverts, capables de s’enrichir de la différence des autres, d’aller la découvrir en véritable immersion aux côtés des jeunes d’autres contrées ; qu’il donne le goût de débattre, de communiquer ; qu’il valorise tous les moyens de communication : lettres, courriels, fax, forums de discussion électronique, échanges, visites, séjours actifs, … ; qu’il fasse découvrir à d’autres les richesses de notre propre culture ; qu’il intègre le souci constant d’une mise en relation, d’un élargissement, d’un métissage culturel. (Tiré du programme de langues modernes)

A la Ste Trinité (donc, uniquement combinable avec les options qui y sont organisées), il est possible de poursuivre le projet d’immersion anglais. Il est par contre interdit de le démarrer à ce stade (sauf quelques exceptions).

                                                                                                                               FORMULAIRE D’INSCRIPTION EN 5ème

  A REMETTRE A VOTRE TITULAIRE  pour le 25 MAI 2020 au plus tard